Événement

Décembre 2016

Carte blanche à François Chaignaud

 

Carte blanche à François Chaignaud

jeudi 16 février 2017 – vendredi 17 février 2017

Dans le cadre de l’exposition Icônes de l’art moderne . La Collection Chtchoukine
(22 octobre 2016 au 20 février 2017)

Création

Performances chorégraphiques en journée dans les espaces d’exposition

François Chaignaud, Cecilia Bengolea

Danseur, chorégraphe, chercheur. François Chaignaud a travaillé sur les danses Libres de François Malkovsky, sur la figure d’Isadora Duncan ou le Sacre du printemps. En tandem avec Cecilia Bengolea. Il a collaboré dernièrement avec le Tanztheater Wuppertal ou le Ballet de l’Opéra de Lyon. Pour cette carte blanche réservée à la Fondation Vuitton, François Chaignaud revissera une brève histoire de la danse.

Dans l’immensité de l’exposition Chtchoukine présentée à la Fondation Louis Vuitton, invitant à la déambulation et à la circulation entre les oeuvres et les langages, nous imaginons de créer un havre, un salon, un intérieur de rêve, parmi l’impressionnant ensemble de Matisse rassemblé ici.

Recréant la situation du récital de salon, qui a joué un rôle majeur dans l’avènement d’une modernité chorégraphique au vingtième siècle, nous proposons un programme de courtes pièces, qui se déploient dans l’intimité troublante de ce théâtre domestique.

À la manière de ces spectacles de salon qui faisaient coexister les langages, les expressions – vocales, musicales, chorégraphiques, poétiques… nous imaginons un récital hétérogène pendant lequel les oeuvres historiques (musicales et chorégraphiques) d’Isadora Duncan, de Claude Debussy, de Nijinsky ou François Makovsky côtoient des dérives contemporaines inspirées par l’impression que ce moment artistique a laissé.

À travers ce récital miniature, apparaissent l’actualité et l’étrangeté de ces corps et de ces voix, qui, dans le premier tiers du 20ème siècle, effrayés et fascinés par un monde en proie à des mutations inédites, ont rêvé, de reconquérir une intensité propre.  Ce Rêve paradoxal, déchiré entre la nostalgie d’un monde disparu, l’illusion du retour à un état de nature fantasmé, et le goût du voyage, permet l’affirmation de la puissance sensuelle et sexuelle d’un corps anémié par le spleen et la vie moderne…

François Chaignaud

Associés en communication I imagine

30, rue Dussoubs 75002 PARIS